Août 262019
 

Lors de l’achat d’une maison, d’un appartement ou d’un autre type de bien immobilier, de nombreux Suisses font des erreurs qui auraient pu absolument être évitées. Nous vous avons préparé une liste des dix pires erreurs.

Avec l’achat d’une maison, de nombreux Suisses réalisent leur rêve. Mais malheureusement, beaucoup d’acheteurs inexpérimentés d’une maison ou d’un appartement tombent sur un ou plusieurs pièges avant d’emménager alors que cela ne devrait pas être le cas. C’est pourquoi nous vous détaillons les dix plus grosses erreurs que vous commettez lorsque vous achetez une propriété.

Erreur 1: Les documents ne sont pas lus attentivement

Même si cela représente beaucoup de travail : Avant la nomination du notaire, lisez tous les documents nécessaires à l’achat, tels que les contrats de location, l’évaluation de l’impôt foncier ou les calculs de la surface habitable, et vérifiez qu’ils sont complets. Il est également indispensable de vérifier s’il existe dans le registre foncier des charges ou des droits hypothécaires en cours qui pourraient vous être transférés en tant qu’acheteur ! Lors de l’achat d’un logement en copropriété, vous devez également consulter le règlement des copropriétaires et les comptes annuels, y compris les chiffres relatifs au fonds de roulement.

Prenez au moins deux semaines pour étudier en profondeur la base contractuelle et organiser le financement. Si le vendeur ne veut pas vous accorder ce délai, il se peut qu’il y ait un problème et vous devriez vous abstenir de vous en mêler.

Les documents les plus importants pour acheter une propriété :

– Projet de contrat d’achat (pour un nouveau bâtiment avec un contrat de travaux et de services)
– Extrait du registre foncier
– Règlements, règlements d’utilisation et d’administration
– Procès verbaux et comptes annuels
– Liste des investissements, rénovations et acquisitions
– Plans de distribution
– Plan cadastral de l’ensemble du site
– Renseignements sur l’assurance du bâtiment
– Spécification du bâtiment
– Contrats distincts tels que les contrats de gestion ou de gardiennage
– Dossiers de permis de construire

Erreur 2: Ne pas bien inspecter le bien immobilier

L’achat d’un appartement ou d’un bien immobilier ne doit jamais se faire sans visite et inspection! Les critères importants pour vous lors de l’achat d’une propriété existante sont, par exemple, la pollution sonore, l’état de la façade, du chauffage ou l’état et la qualité des fenêtres. Malheureusement, vous ne pouvez pas vérifier ces points sur la base de photos.

Nous vous recommandons de visiter la propriété avec un agent immobilier ou un expert afin de ne pas avoir à payer des frais supplémentaires inattendus pour la rénovation. Ils reconnaîtront les défauts plus rapidement et pourront déconseiller l’achat ou donner des conseils décisifs afin de négocier une remise sur le prix d’achat.

Erreur 3: Calculer le prix d’achat seulement au moment de l’octroi du prêt.

Depuis l’été 2014, le principe de la valeur la plus basse s’applique au marché hypothécaire. En d’autres termes, ce n’est plus nécessairement le prix d’achat qui est déterminant pour le calcul du montant maximal du prêt qu’une banque ou une compagnie d’assurance peut accorder, mais souvent l’estimation de l’institution financière. C’est le cas si la valeur estimée est inférieure au prix d’achat. Par conséquent, vous pourriez avoir besoin de beaucoup plus de capitaux propres pour acheter une maison.

Erreur 4: Acheter la première propriété sans trop réfléchir

Jetez un coup d’œil à différentes propriétés et comparez les offres des différentes banques pour vous faire une idée du marché. Après tout, un prêt hypothécaire est le plus gros prêt de votre vie. Ne croyez pas ceux qui vous disent que leur propriété est une offre particulièrement attrayante et que vous devriez l’acheter immédiatement au prix. Il y a souvent place à la négociation en ce qui concerne le prix. N’achetez la maison ou l’appartement que si vous en êtes absolument certain.

Erreur 5: Faire ses calculs avec le taux d’intérêt en vigueur

Dans le cas des hypothèques, qui sont actuellement extraordinairement favorables, de nombreux acheteurs d’appartements et de maisons ne veulent pas comprendre qu’ils doivent remplir les critères dits d’accessibilité financière pour obtenir une hypothèque. Concrètement, les frais de fonctionnement après l’achat de la maison par le biais de l’hypothèque ne peuvent pas dépasser plus de 33% du revenu brut de votre ménage. Et ce n’est pas tout: pour que vous puissiez payer les intérêts à long terme, la banque ou la compagnie d’assurance calcule un taux d’intérêt annuel imputé de 5%. De plus, vous pouvez vous attendre à des frais d’entretien d’environ 1% de la valeur de la propriété par an.

Erreur 6: Ne pas demander de référence au constructeur

Si vous n’achetez pas une propriété existante, vous devriez mettre votre partenaire de construction à l’épreuve. Malheureusement, il y a des moutons noirs sur le marché. Demandez des références et des informations à jour sur l’exécution des dettes et vérifiez auprès du bureau du cadastre qui est le propriétaire de la parcelle.

Erreur 7: Ne pas verser l’acompte sur un compte bloqué

Si le vendeur exige un acompte, ne payez jamais le montant directement, mais toujours sur un compte bloqué. Pour l’achat d’un appartement ou d’une maison unifamiliale, essayez de ne payez pas plus de 5% / 10% du prix d’achat à l’avance.

Erreur 8: Ne négocier aucun plafond de coûts

Si vous faites construire la maison de vos rêves ou l’appartement de vos rêves, vous devez vous mettre d’accord sur des prix fixes garantis, des forfaits ou un plafond de coût. C’est le seul moyen d’éviter que la facture finale ne dépasse votre budget. Vous devez également préciser dans le contrat que les modifications nécessitent votre consentement écrit et doivent également être offertes séparément.

Erreur 9: Ne pas avoir de garantie pour les défauts

Les entreprises générales de construction aiment cacher dans leurs contrats les clauses avec lesquelles ils assument la responsabilité des défauts vis-à-vis de vous. Veillez à ce que l’entrepreneur général de construction conserve son obligation de garantie, c’est-à-dire qu’il ne la transfère pas à des sous-traitants! Ne signez pas de contrat contraire, car s’il y a effectivement un défaut, vous aurez à traiter avec des artisans et des sous-traitants individuels! Nous vous recommandons de déclarer que les normes de l’Association Suisse des Ingénieurs et Architectes (ASA) font partie intégrante du contrat, en particulier la norme SIA 118. Chaque client doit connaître et avoir à sa disposition ces dispositions contractuelles pour les travaux de construction, mais aussi les normes techniques.

Erreur 10: Mal négocier son hypothèque

L’achat d’une propriété comprend habituellement la prise d’une hypothèque. Nous avons résumé, dans un article séparé, les 10 plus grosses erreurs hypothécaire pour l’achat d’une maison.